Accompagnateur du développement urbain

Un cabinet reconnu par DECIDEURS dans son classement 2016-2017

Létang Avocats reconnu par Décideurs dans son classement 2016-2017
pour son expertise en droit de l’urbanisme, droit de l’urbanisme commercial,
droit de l’environnement et droit de l’immobilier

Legal 500 classement 2016 droit public et administratif :
Létang Avocats possède une expertise reconnue concernant le droit des autorisations
administratives dans le domaine immobilier et commercial

Notre Dernier article

Décret Loi ELAN - 17 avril 2019

Notre Dernière Actualité

Notre cabinet est classé "Incontournable" par Décideurs en urbanisme commercial

Le Blog

Un rapport pour revitaliser les centres ville, de bonnes idées, mais peut mieux faire 24 novembre 2016

Au terme de ce rapport, cinq leviers d’action sont proposés pour engager une reconquête des centres-ville souffrant actuellement d’une importante vacance commerciale :

1. Encourager la définition des stratégies locales pour le développement du commerce.
2. Mieux organiser l’offre commerciale et favoriser les équilibres commerciaux.
3. Coordonner les acteurs.
4. Accompagner les commerçants dans leur adaptation au commerce de demain.
5. Mobiliser et gérer le foncier commercial.

Chacun de ces leviers est décliné en plusieurs propositions. Parmi ces propositions, deux d’entre elles méritent d’être soulignées :

La régionalisation des commissions d'aménagement commercial
Selon le rapport, la proportion d’avis favorables et défavorables des Commissions départementales d'aménagement commercial serait très déséquilibrée (90/10 % entre 2010 et 2014). La création d’une Commission Régionale d’Aménagement Commercial (CRAC) au lieu et place de la Commission Départementale d'Aménagement Commercial (CDAC) constituerait une des solutions permettant de réguler plus efficacement les implantations commerciales.

Déjà présentée en 2010 dans la proposition de loi sur l’urbanisme commercial dite Loi Ollier, la régionalisation des commissions d'aménagement commercial apparait comme la garantie que les décisions prises au sein des commissions seraient plus équilibrées et adoptées avec plus de recul qu’elles ne le sont actuellement au niveau départemental. L’obligation pour les porteurs de projet de fournir aux commissions d'aménagement commercial une étude d’impact global préalable réalisée par un organisme d’étude agréé par l’État.

Inspirée de l'évaluation environnementale, cette nouvelle étude d’impact globale prendrait en compte l'ensemble des critères définis par la loi. À ce jour, il n’est pas précisé si cette étude d’impact globale serait un complément au dossier de demande actuel ou si elle viendrait se substituer à lui.

À n’en pas douter, cette mesure aura pour effet de renchérir le coût des dossiers de demande, mais aussi de contribuer une nouvelle fois à l’exclusion des petits porteurs de projets commerciaux au bénéfice des grands acteurs commerciaux.

Paru dans LesEchos.fr
Partager